Actualités

Actualités

Quoi de neuf pour mes finances ?

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Cela ne vous aura pas échappé : le France a renoué avec notre tradition ancestrale de la « pamphlétude » (pardonnez-moi ce le terme inapproprié, il est largement inspiré, je le concède !).

Un nouveau genre de bestiaire très prisé, plagiat populaire de l’œuvre de M. Jean de la Fontaine, a vu le jour chez les entrepreneurs récemment. Les pigeons sont parmi nous, qu’on se le dise !

C’est une révolte Président ?

C’est en des termes « révolutionnaires » que nos concitoyens-patrons-chefs-d’entreprises, dont je suis, ont voulu dénoncer les excès de zèles de notre royal Président et de son gouvernement.

Certains adeptes de la planification centrale ont vécu un grand moment de solitude devant la fronde des pigeons, si nombreux, que la nouvelle dîme (taxe sur les plus-values) a dû être allégée faute de pouvoir être supprimée.

Pourtant, la manœuvre était bien engagée. Une chasse aux sorcières sans mercis fut engagée par les médias, opération de communication réussie, faisant passer les entrepreneurs pour de vulgaires croquants ne trouvant pas d’exemples vertueux aux esclavagistes d’un peuple exsangue.

Voyant que le Tiers-Etat était prêt à les embastiller, ces derniers sont alors devenus pigeons (si si, celui que l’on plume) agiles et bientôt voyageurs.

Ca fait rire les anglais et chanter nos amis belges

Si la jacquerie a porté ses fruits, du moins temporairement, il n’en reste pas moins que la mesure a fait peur.

Certains d’entre nous écoutent désormais les sirènes de nos amis anglais et belges, d’autres sans préavis, avec effet immédiat délocalisent femme, enfants et entreprise vers des cieux fiscaux plus cléments.

Je parlais hier avec mon meilleur ami, anglais de nationalité et résident suisse qui résumait assez bien, avec le flegme qui le caractérise, la situation des pigeons en France : « YourPresident is destroying your country. You’r f….ed. The business is dead with this level of taxes. Why are you still there??? ».

C’est vrai ça, pourquoi suis-je encore ici ? Peut être parce que je suis patriote, surement, un peu idiote, sans doute, ou parce que j’y crois encore ? C’est cela ! J’y crois !

Marianne IIZUKA
Co-fondatrice du site Edubanque.com

N.B. : je milite pour :

  1. Zéro plus-values de cessions aux entrepreneurs-dirigeants qui ont fondé ou repris une entreprise après 5 ans de détention des parts.
  2. Baisse des cotisations sociales pour les entrepreneurs qui cotisent, par exemple, pour les allocations familiales mais n’ont droit à rien en retour et rattachement au régime général d’assurance maladie.

 

Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter

Recevez l'actualité sur tous les financements