Actualités

Actualités

Quoi de neuf pour mes finances ?

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)

Les banques sont elles "has been"?L'homme, homo sapiens décrété, évolue, qu'on le veuille ou non. Sa propension à maximiser son profit en toutes circonstances, démonstration de sa capacité à s'autosatisfaire dans un schéma tribal qu'il pense dominer, le pousse aujourd'hui à rechercher des expériences qui en font quelqu'un d'exceptionnel. L'homo participatus est né. 

Bonne nouvelle ! L'Homme a pris le pouvoir en existant enfin en tant qu'individu.

 La faute sans doute aux nouvelles technologies qui lui permettent d'agir directement sur un écosystème virtuel qui a pignon sur rue dans la réalité. Consommateur il était, consommacteur il devient. Le contribuable se transforme en investisseur socialement responsable, l'épargnant devient un mécène. Armé de son smartphone ou de sa tablette, c'est en guerrier qu'il part sur les chemins peuplés de circuits électroniques le conduisant à son prochain, celui qu'il doit et qu'il va aider. 

Oui ! L'homo participatus est né ! Il participe à tout, donne son avis sur tout, peu tout changer, accéder à l'inaccessible d'un twitt, donner son opinion d'un post et participer à des projets proposés par des gens qu'il ne rencontrera probablement jamais. Si ce n'était pas une réalité, nous pourrions croire à l'utopie d'un écrivain alter mondialiste, il n'en est rien. Notre société évolue en effet, et l'homme aussi dans sa relation à l'autre. Les spécialistes du marketing l'ont bien compris, les financiers aussi. Participer

Aujourd'hui, le pouvoir est donné à chacun d'entre nous d'accéder à des projets autrefois réservés à une élite, d'aider des causes, de donner notre opinion : nous participons. Formidable outil du XXIème siècle, les écosystèmes virtuels dont le socle sont les réseaux sociaux veulent nous enfermer dans leur réalité, nous faire devenir membre de cette tribu et surtout ne pas nous voir en sortir. Si l'on n'y prend pas garde, le risque est d'abandonner notre pensée résiliente, et nos économies, au profit de certains. 

La formidable chance qui nous est offerte, depuis que nous sommes des Homo Participatus, est justement d'aider notre humanité à grandir. Alors en tant que personnes responsables, n'oublions pas que derrière l'économie participative, il y a une logique financière, un business. La cause ne doit pas faire oublier la réalité économique du projet : la recherche du profit est souvent le moteur principal des parties prenantes. Soyons donc des adultes militants, et participons réellement, et pas seulement à coups de cartes de crédits. 

Marianne IIZUKA
Auteur du livre "Le crowdfunding : les rouages du financement participatif"
Expert sur le Crowdfunding auprès de la Commission Européenne

________________________________________________________

Articles connexes :

© Edubanque.com - Tous droits de reproduction réservés.

 

 

 

Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter

Recevez l'actualité sur tous les financements