Actualités

Actualités

Quoi de neuf pour mes finances ?

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

L'agence de notation Moody's a une nouvelle fois abaissé plusieurs notes en Europe, sans surprise cette fois. 

Abaissement de la note Italienne sur le crédit

L'Italie a vu la note de sa dette souveraine abaissée de Baa2 à A3 avec des perspectives négatives. En clair, ce qui est reproché à l'Italie par l'agence c'est une perte de la confiance des marchés qui semble s'aggraver, un risque de contagion qui semble se matérialiser à cause de la Grèce et de l'Espagne, et enfin des signes d'érosion des investissements étrangers dans le pays.

Enfin l'agence de notation, considère que les perspectives économiques du pays sont mauvaises et se détériorent avec une croissance en berne.

La conjonction de tous ces facteurs fait que l'Italie devrait emprunter plus cher à court terme avec pour conséquence une augmentation de sa dette.

Dégradation de la note des banques Espagnoles

Ce n'est pas une surprise, la plupart des grandes banques Espagnoles voient leur note dégradées avec perspectives négatives par l'agence.

Les stress tests qui sont actuellement menés en Espagne afin de déterminer la solvabilité de ces banques vont permettre de déterminer la solidité de celles-ci, l'agence anticipe les résultats à venir.

Néanmoins, sachant que l'Europe est actuellement dans une situation difficile, on ne peut que que se demander si nous ne vivons pas un stress test grandeur nature en ce moment et si le moment est opportun de tester la solidité des banques sur le papier...

Situation difficile pour les autres pays de la zone euro

Les autres pays européens ne sont pas en reste avec des perspectives négatives pour l'Allemagne également qui risque de perdre son triple A.

Les tergiversations des politiques à mener à bien des réformes structurelles du système financier européen et à mutualiser la dette, font que l'ensemble du système vacille.

L'Allemagne risque de perdre sa note d'excellence parce qu'elle injecte, tout comme la France, des liquidités dans les institutions européennes afin de soutenir des pays comme la Grèce, l'Espagne ou l'Italie.

Ce procédé est transparent pour les allemands - et politiquement correct - qui ne souhaitent pas prendre en charge la dette des autres pays.

Pourtant, cela revient ni plus ni moins à mutualiser la dette des pays de l'eurozone avec les inconvénients que cela représente (abaissement de la note, mutualisation du risque, risque de contagion) sans avoir les avantages d'une mutualisation structurée de la dette via l'émission d'eurobonds (titres de créance négociables, apport de liquidités par des investisseurs étrangers à l'eurozone, renforcement de la devise européenne...).

Ces injections de liquidité ne sont ni plus ni moins que des prêts à fonds perdus pour ces pays qui ne trompent pas les agences de notation. A quand un système financier en europe qui soit efficace et donne le change aux marchés ?

Marianne IIZUKA

(c) Edubanque.com - Tous droits de reproduction réservés.

 

Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter

Recevez l'actualité sur tous les financements