Actualités

Actualités

Quoi de neuf pour mes finances ?

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)

Questions sur les investissments ISF....Il ne reste plus que quelques jours aux personnes redevables de l'ISF pour finaliser leur déclaration mais aussi pour réaliser d'éventuels investissements leur permettant de réduire leur fiscalité.

Plusieurs internautes nous ont fait part de leurs interrogations sur certaines propositions qui leur ont été soumises.

Nous vous proposons ici une liste de questions à poser vous permettant de mieux cerner la validité de ces investissements.

1. Qui me propose l'investissement ?

Posez des questions à celui ou celle qui vous propose d'investir ! Vérifiez que l'entreprise est connue, existe depuis plusieurs années déjà et surtout qu'elle a de l'expérience dans le secteur concerné. N'hésitez pas à demander un kbis de la société (carte d'identité de l'entreprise). Vérifiez également qu'elle sait gérer les problématiques liées à la réduction ISF.

Si un conseiller vous propose l'investissement, n'hésitez pas à lui demander sa rémunération sur toute la durée de vie de l'investissement. En général, le conseiller, en tant que distributeur perçoit des droits d'entrée rémunérant son travail de conseil mais aussi très souvent un récurrent qu'il perçoit annuellement.

2. Il n'y pas de frais : génial ! Suis-je gagnant(e) puisque 100% de mon investissement me sert à réduire mon impôt ?

Certains produits mettent en avant le fait qu'il n'y a pas de droits d'entrée pour le souscripteur, pas de frais pendant la durée de souscription. Beaucoup d'investisseurs pensent que c'est à leur avantage.

Attention aux coûts cachés !!! Une opération financière, par exemple, une augmentation de capital à laquelle vous souscrivez à toujours un coût.

En général, les coûts "cachés" sont plus importants que pour les investissements ou ils sont affichés. En effet, plusieurs spécialistes de la réduction d'impôt "attirent" les redevables de l'ISF en leur promettant des frais zéro mais oublient de dire que les plus-values sont capées (limitées) et que l'entreprise bénéficiaire de l'augmentation de capital a payé des frais pouvant aller de 10 à 20% pour lever des fonds.

Posez vous la question : comment se rémunère la société qui met en place le dispositif ? Comment sont rémunérés les distributeurs du produit ? Quel impact cela peut il avoir sur une éventuelle plus-value ?

3. Est ce que la sortie de l'investissement est bien organisée ?

Posez vous la question de savoir comment est organisée la sortie de l'investissement. Ne vous contentez pas de la brochure commerciale et demandez à votre conseiller de motiver par écrit sa recommandation (il a l'obligation de le faire) explicitant clairement comment l'investissement se termine, à quelle échéance.

N'hésitez pas à demander les statuts des sociétés dans lesquelles vous investissez, ainsi vous pourrez vérifier que la documentation commerciale est en accord avec les documents juridiques. Dans le doute, n'hésitez pas à vous abstenir d'investir !

4. Est ce que l'investissement est bien éligible à la réduction d'impôt ?

Dans le doute, demandez à la société qui vous présente le produit de vous donner une attestation (en général écrite par un cabinet d'avocats) précisant clairement que l'investissement est éligible à la réduction d'impôt.

Attention cependant, cette attestation validera uniquement l'investissement sur le papier. Si la société qui met en place le produit ne le fait pas dans les règles de l'art et que l'administration fiscale déclare que l'avantage fiscal a été perçu indûment, vous ne pourrez pas vous prévaloir de cette attestation.

Enfin, si un investissement vous semble complexe et que vous n'en comprenez pas tous les éléments : abstenez-vous d'investir !!!

Marianne IIZUKA
Co-fondatrice du site Edubanque.com

(c) Edubanque.com - Tous droits de reproduction réservés.

 

 

 

 

 

Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter

Recevez l'actualité sur tous les financements