Actualités

Actualités

Quoi de neuf pour mes finances ?

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Selon une étude de l’INSEE, le parc francilien de logements est passé de 3 900 000 à 4 800 000 depuis 1982. La progression annuelle du nombre de logements a été de 0,86 % pendant cette période.

Disparités géographiques

D'après l'étude, la majorité des logements a été créée en grande couronne avec 564 000 nouveaux logements qui représentent 63 % du total. En petite couronne ce ne sont pas moins de 294 000 logements qui ont été créés entre 1982 et 2006. Paris intra-muros ne contribue qu'à hauteur de 34 000 nouveaux logements, soit 3,8 % du total.

Une croissance en deux phases

Entre 1990 et 1999 le parc francilien a augmenté de 49 574 logements par an. D'après l'INSEE cette augmentation était exclusivement due aux constructions de logements neufs. Dans le même temps environ 12 000 logements par an étaient détruits en raison du renouvellement du parc. Le nombre de logements inoccupé augmentait de 6 500 logements par an.  

Entre 1999 et 2006, la tendance est inversée avec une diminution des logements construits (38 000 par an durant cette période) et une diminution du nombre de logements inoccupés (7000 par an). Selon l'INSEE, « une part non négligeable des résidences principales provient désormais de la baisse des logements inoccupés ». L'institution souligne que cet apport de logements ne peut toutefois se perpétuer dans le temps puisse que la réserve de logements vacants est limitée.

Augmentation du nombre de propriétaires

En 1982, 39 % des logements occupés appartenaient à leurs propriétaires. En 1999 cette proportion passe à 44 % puis à 47 % en 2006. La moyenne nationale étant de 57 % en 2006, l'Île-de-France reste cependant en retard de 10 % par rapport au reste de la France.

La progression des propriétaires (60 %) est beaucoup plus marquée en grande couronne que dans le reste de l’Île-de-France. Ceci est dû en partie au fait que la grande majorité des maisons individuelles construites le sont en grande couronne (328 000  sur 406 000) mais aussi grâce à la hausse du pouvoir d'achat d'une partie des ménages franciliens et des conditions de crédit favorable les dix dernières années.

Tendances

L'étude souligne « qu'accéder à la propriété reste cependant coûteux et que les ménages propriétaires récents disposent de ressources élevées, supérieures de 43 % à celle de l'ensemble des franciliens (4476 € par mois contre 3131 euros par mois en 2006). » Cette tendance devrait se confirmer dans les prochaines années, les conditions d'accès au crédit étant de plus en plus restreints par les banques qui demandent systématiquement de bonnes signatures.

Pour finir, l'INSEE note que le parc occupé gratuitement a littéralement fondu avec 141 000 logements en moins depuis 1982. Cette baisse est attribuée à la disparition des logements de fonction auparavant occupés par des gardiens ou des enseignants. Aujourd'hui dans 80 % des cas la gratuité du logement est octroyée à un ou plusieurs membres de la famille.

Marianne IIZUKA pour Edubanque.com

Pour en savoir plus, consultez le site de l’INSEE : www.insee.fr

Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter

Recevez l'actualité sur tous les financements