Entreprendre

Entreprendre

Business is business !

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 5.00 (1 Vote)

Isodev ferme ses portesISODEV, société ayant pour vocation le financement de PME par l'intermédiaire de titres participatifs, annonce interrompre ses opérations. C'était un programme ambitieux qu'avait mis en place la jeune start-up dès 2012 après avoir levé pas moins de 100 millions d'euros sur les marchés obligataires et 18 millions en capital auprès  d'investisseurs institutionnels (assureurs et grands investisseurs).

L'objectif était de remplacer le chaînon manquant du financement des PME grâce à l'apport de quasi fonds propres : pari généreux mais risqué ! 

Isodev : démarrage en 2012 avec le gratin des patrons

La start-up Isodev a été portée par M. Philippe Dupont, ancien président du conseil du groupe BPCE et éminent banquier. Pour sa création, la société a réuni un tour de table prestigieux : François Pinault, Vincent Bolloré ou encore Bernard Arnault ont investi au capital d'Isodev.

L'idée principale de cette entreprise était d'aider les PME à se financer dans trois types de cas peu ou pas couverts par les banques : le financement de dépenses d'investissement sur 24 mois, de compléter à hauteur de 30% un programme d'investissement ou encore l'acquisition d'un fonds de commerce avec, là encore une limite à 30% des fonds cherchés. 

M. Dupont déclarait au Figaro en juin 2012 : "Les TPE-PME sont le socle de notre économie. Or les banques, qui doivent s'adapter aux contraintes de solvabilité et de liquidité issues de Bâle 3, auront de plus en plus de mal à leur apporter du crédit. De leur côté, les investisseurs institutionnels sont à la recherche de nouveaux modes d'intervention pour financer l'économie réelle. [...] Nous avons imaginé le moyen de créer un pont entre l'épargne des Français et les besoins des PME en complément de l'intervention des banques"1. Le cadre de la société était posé. 

Isodev a été capitalisée en mai 2014 avec 18 millions via une levée de fonds de capital investissement. La première émission de l'entreprise a été une obligation de 34,5 millions d'euros  émise en septembre 2012 et dont les investisseurs étaient AXA, CNP, AG2R la Mondiale et Natixis Assurance2. En Novembre 2013, une seconde émission auprès d'investisseurs institutionnels pour 57,5 millions d'euros2. Enfin, une troisième émission obligataire pour 43 millions a été réalisée en juin 2014 portant à 100 millions d'euros les fonds levés par Isodev. 

Isodev a en outre reçu la garantie du fonds européen d'investissement (EIF) sur un portefeuille totalisant 140 millions d'euros ainsi que la garantie de l'Union Européenne dans le cadre du programme européen pour la compétitivité et l'innovation (CIP) et a été labellisée par le pôle Finance Innovation dans la catégorie financement de PME. 

Le financement des programmes d'investissement des PME

D'un point de vue pratique, Isodev avait pour ambition de prêter entre 25 et 150 000 euros au maximum 30% de l'investissement total en quasi fonds propres. Les projets financés pouvaient être un premier loyer de crédit-bail, des frais connexes à un investissement, de frais de mises aux normes, la structuration d'un plan de financement ou encore les dépenses immatérielles d'un programme de financement. Les prêts avec intérêts pouvaient avoir une durée de 60 mois maximum, jusqu'à 24 mois de différé et devaient se limitée aux fonds propres de l'entreprise. 

Isodev proposait de financer les PME avec un minimum d'engagement de leur part. Le prêt était accordé sous forme de quasi fonds propres via des titres participatifs ce qui permettait aux entreprises de ne pas alourdir leur poste dettes et d'augmenter leurs fonds propres. Ce mécanisme, avantage pour les emprunteurs présentait néanmoins de forts risques pour le prêteur. D'une part, le titre participatif étant à mi-chemin entre l'investissement en capital et le prêt, il ne porte aucun droit de votre. D'autre part, en cas de défaut de l'entreprise, le porteur d'un titre participatif est remboursé après que toutes les autres dettes de l'entreprise le soient. 

Il est donc aisé de comprendre que ce type de financement fait porter beaucoup de risque à l'investisseur et moins à la société émettrice.  En effet, celles qui sont éligibles à l'émission de titres participatifs doivent donc faire preuve d'une solidité et d'une surface financière importante sur le haut de bilan afin de permettre le remboursement des participations et le paiement des intérêts. Le risque porté par le prêteur étant plus fort que pour un crédit classique (créance), Isodev finançait avec des taux d'intérêts supérieurs des entreprises sélectionnées via un algorithme d'analyse financière développé en interne pendant deux ans. Celui-ci était censé permettre de détecter les entreprises ayant une bonne solidité financière notamment en utilisant une base de données de 800 000 entreprises. 

Isodev recrutait les entreprises éligibles via des réseaux d'experts comptables et de notaires. Le sourcing des entreprises en B2B devait permettre de capter les meilleures entreprises avec l'appui de professionnels du bilan. 

Isodev interromp ses opérations

Isodev a annoncé interrompre jusqu'à nouvel ordre ses opérations dans un communiqué publié sur son site internet. Dans celui-ci, la jeune start-up attribue cet arrêt à "la chute des investissements des TPE/PME, ininterrompue depuis 2013" qui aurait entrainé une baisse "de la demande de crédit d'investissement" indique l'entreprise. "Parallèlement, la dégradation de la conjoncture a entraîné un niveau de défaillance très important parmi les TPE/PME". Les prêts en cours sont maintenus et garantis par le fonds d'investissement européen (EIF). 

Le montant des prêts accordés par la société au troisième trimestre 2014 étaient de 64,4 milions d'euros. 

Marianne IIZUKA

 

Références :

1 Article du Figaro parru le 25/06/2012 Lire l'article
2 Source : Isodev

_____________________________________________________________________

Pour en savoir plus sur l'entreprise :

© Edubanque.com - Tous droits de reproduction réservés.

Abonnez-vous gratuitement
à notre newsletter

Recevez l'actualité sur tous les financements